Critique du livre (2)

Aux origines du "grand jeu"


Comment les guerres du pétrole ont-elles débutées ?

(Que Faire : http://quefaire.e-monsite.com/rubrique,les-espions-de-l-or-noir,296583.html)

 

Sans exagérer le livre de Gilles Munier, Les espions de l'or noir, fera date car c'est peut-être la première fois qu'une synthèse si efficace et si érudite est écrite au sujet des questions pétrolières. La situation actuelle est connue : rivalités et guerres fréquentes pour contrôler les réserves d'or noir. Mais comment cela a-t-il débuté ? Où ? Par l'intermédiaire de qui ? C'est là l'apport incontestable du livre de G. Munier qui, en maniant un style à la fois journalistique et universitaire, nous raconte par le menu des décennies de stratégies pour contrôler l'énergie phare du XX°s.

 

Après une rapide et percutante histoire du pétrole (découvert au XVIII° avant JC) il explique comment l'Occident qui n'a plus assez d'énergie se souvient que l'Orient possède du pétrole facile d'accès et très fluide. Les pays industrialisés décident, en ordre dispersé, d'investir dans la région à la suite de Bonaparte déjà intéressé par l'Egypte, verrou des Indes britanniques. Le Proche-Orient de l'époque est alors un agrégat de seigneuries féodales très vaguement contrôlées par l'empire ottoman qui s'ouvre, lui-même, aux intérêts occidentaux (notamment par les chemins de fer contrôlés par l'Allemagne)...

 

C'est alors la grande époque des agents et autres espions européens

 

La première guerre mondiale et ses suites font entrer la région dans « le grand jeu » où les puissances occidentales s'impliquent alors massivement dans tous les pays de la région. C'est alors la grande époque des agents et autres espions européens qui sillonnent la zone et y sèment troubles et complots afin de mettre les puits de pétrole sous influence. Le plus connu étant Lawrence dit d'Arabie. G. Munier nous montre que ce ne fut pas le seul, loin de là ! L'auteur nous brosse le portrait de personnages parfois cyniques, parfois sincères qui fleurent bon l'exotisme même si G. Munier n'oublie jamais de rappeler le caractère tragique de l'impérialisme occidental.

 

Ce livre explique aussi les grands rapports de force de la région qui marquent encore l'Orient actuel. Cela en attendant l'oncle Sam qui fait une apparition fracassante dans la région à la fin de la seconde guerre mondiale. En effet, déstabilisée par le conflit l'Europe n'a plus les mêmes capacités d'action alors même que le nationalisme arabe s'est réveillé.  Roosevelt, pourtant malade, fait escale au large de l'Arabie saoudite et signe des accords très précis avec la monarchie wahhabite. Le début d'une complicité perverse entre un Etat de marchands sans scrupules et une monarchie d'une rare arriération... Mais cela, c'est une autre histoire !

 

Fanatiques religieux, espions, manipulations, assassinats... G. Munier nous détaille cette histoire avec une minutie et une richesse de détails qui rendent la grande histoire bien plus intéressante que les romans d'espionnage. Les Espions de l'or noir, aux éditions Koutoubia est à lire et à faire lire avec délectation.